Connexion

bannière BCF

bcfbanniere

Guide D'achat / Côte occasion

Chers Amis Alfistes, passionnés du V6 BUSSO, vous trouverez ci-dessous un guide d’achat complet vous permettant ainsi de vous lancer dans l’aventure de l’acquisition d’un BUSSO, sans craindre d’être un total ignorant en la matière ou de tomber dans le panneau par le premier venu.

Vous y trouverez l’ensemble des informations techniques du BUSSO, ses qualités et faiblesses, ses fréquences et coût d’entretien.

 1°) Déclinaisons du V6

2.0 V6 turbo (GTV  916-164-166)
2.5 V6 12v (Alfetta GTV-Alfa 6-75-90-155)
2.5 V6 24v (156-166)
3.0 V6 12v (75-164-SZ-RZ-Spider)
3.0 V6 24v (164-166-GTV 916-Spider)
3.2 V6 24v (156-147-166-GTV-Spider-GT)

L’Alfa 6 est le premier modèle à avoir reçu le V6 BUSSO en 1979 et le GT, le dernier en 2007.

2°) Généralités d’utilisation du V6

Le V6 Arese, bien mené, est réputé fiable et solide pour une longévité qui peut aller au-delà des 250 000 kms. Pour cela, il faudra respecter les temps de chauffe et un entretien assidu, ou bien aller au-devant de surprises, certaines fois, bien coûteuses. Respectez toujours une petite révision au 10 000 kms et une plus importante au 20 000 kms.

C’est un moteur plein à tous les régimes et généreux dans la puissance qu’il vous communique.
Sa souplesse d’utilisation sur tous les rapports permet une conduite apaisée en laissant la possibilité de reprendre immédiatement une conduite plus soutenue.

De plus, la sonorité qu’il joue pour nos oreilles, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du véhicule, procure toujours ce sentiment d’être à bord d’une vraie sportive.
Attention à la version Selespeed, boîte automatique séquentielle, réputée fiable mais plutôt paresseuse dans le passage des rapports et capricieuse dans les manœuvres. De plus, une certaine fragilité de la gestion du bloc hydraulique a été relevée.

Vous êtes prévenus : Consommation, Pollution et Coût d’entretien sont les points noirs de ce fabuleux moteur. En effet, vous ferez rarement moins de 9 litres/100 puisqu’on tourne généralement sur une moyenne de 11litres/100 en conduite mixte et pieds léger. En mode sport, il faudra compter sur un bon 20-25 litres/100, ce qui vous coupera l’envie de faire des arsouilles toute une après-midi dans l’arrière-pays Niçois, pourtant si joli (on sent le vécu).

Pour la pollution, ….. , n’en parlons pas, pas nécessaire de se fâcher.

Le souci de l’entretien réside dans la connaissance même du moteur qui ne semble pas être à la portée de nos chers garagistes et qui vous facture relativement cher le temps passé dessus.

3°) L’entretien courant

-          La vidange : L’huile recommandée par le constructeur est la 10W60 100% synthèse reconnue pour sa bonne tenue en viscosité à haute température. Préférez là à de la 10W40 si vous êtes adeptes des hauts régimes. Le temps de chauffe sera un peu plus long mais la résistance de l’huile sera au rendez-vous. Une vidange tous les 10 000 kms est fortement conseillée.

-          Les bougies : Le changement est préconisé à 100 000 kms. Vous pouvez prévoir ces travaux en même temps que la courroie de distribution car la rangée supérieure de bougies est accessible à ce moment-là facilement. Sinon comptez sur une poignée d’heures de main d’œuvre supplémentaire (environ 300€ pièces + MO).

-          La courroie de distribution + Pompe à eau : La préconisation Constructeur est de 5 ans ou 120 000 kms. Si vous ne souhaitez pas jouer avec la fragilité de votre cœur, 100 000 kms est préférable.

Le problème réside dans la pompe à eau puisque le constructeur a eu la bonne idée de fournir une pompe à eau en plastique pour le 3.2 alors que le 3.0, qui équipe le GTV, a eu la chance d’être équipé d’une pompe à eau en métal, ce qui apporte une longévité plus importante et une plus grande fiabilité contre la température élevée du moteur.

Donc, au moment du changement de courroie et de pompe à eau, soulignez bien à votre garagiste de vous placer une pompe à eau en métal identique à celle du GTV qui se monte parfaitement bien sur le 3.2.

                La casse de la pompe à eau en plastique entraînerait surchauffe, joint de culasse, etc…….

Remplacez, si besoin, par la même occasion, les 2 silentblocs moteurs car l’accessibilité du silentbloc inférieur est beaucoup plus aisée pendant l’intervention.

Enfin, n’hésitez à changer la courroie d’accessoires, qui en cassant pourrait faire sauter la distribution et entraîner de gros dégâts.

4°) Points à surveiller

-          L’embrayage : La butée de l’embrayage pose souvent problème et voit son état se détériorer puis casse avec le temps. Celui-ci dure généralement moins de 100 000 kms.

La pédale devient dure, la course de pédale se fait en 2 temps avec une sensation de cran au milieu. Il faut alors penser à changer le kit complet (butée, disque et mécanisme à 1500€). Profitez-en pour installer le Q2, différentiel à glissement limité qui améliorera la motricité et protégera la boîte à 6 rapports.

-          Le calorstat : le thermostat de température a une fâcheuse tendance à se gripper et se coince en position ouverte ou fermée. La conséquence est une température qui ne monte pas à 90°. L’intervention reste peu onéreuse (150€).

-          Réglage du jeu de soupapes : Pour le 2.0 V6 turbo, procédez à un contrôle du jeu de soupapes tous les 20 000 kms (4-5 heures d’intervention).

-          Divers : Quelques cas à noter de surchauffe d’alternateurs sur le 3.2 car il n’est pas ventilé et également de boîtier de papillon HS. Le débimètre peut lâcher et apporter une perte de puissance.

5°) Conseils d’utilisation et d’entretien

-          Laisser monter le moteur en température pour l’eau (5-6 min) à 90° pour les récentes

                                    à 80° pour les plus anciennes

-          Idem pour la température d’huile (100-110°), mais compter 2 fois plus de temps que pour l’eau pour ceux qui n’ont pas le manomètre.

-          Laissez tourner le moteur à l’arrêt, après un long trajet, avant de le couper.

-          Moteur arrêté, laissez tourner le ventilateur s’il se met en fonction en laissant le contact.

-          Vérifiez ses niveaux régulièrement.

6°) Rappels des points essentiels

-          Courroie de distribution + pompe à eau (métal) à changer tous les 100 000 kms ou 5 ans.

-          Calorstat sensible à la chaleur

-          Protège carter en plastique qui s’affaisse et s’abîme

-          Biellettes et barre stabilisatrice avant fragiles

-          Articulations fragiles (bras supérieurs et inférieurs à l’avant)

-          Différentiel d’origine à changer par un Q2 pour préserver la boîte manuelle 6 rapports

7°)  Maintenance classique : coûts des interventions (main d'œuvre comprise)

Intervention Prix TTC en € Fréquence
Courroie de distribution 1 500 € tous les 100 000 km ou 5 ans
Embrayage 1 000 € à partir de 100 000 km
Révision (petit service) 250 € tous les 10 000 km
Révision (grand service) 500 € tous les 20 000 km
Bougies 382 € tous les 100 000 km

 

COTE DE L'OCCASION

en cours de création

 

Maintenant que vous avez toutes les cartes en mains, alors, n’hésitez plus pour acheter votre V6 BUSSO et venir rejoindre l’équipe du BUSSO Club de France.